1989 - C’est le 11 novembre 1989, qu’eut lieu l’assemblée constitutive de notre club. Fait unique en suisse, c’est à l’instigation d’un groupe de jeunes filles que le club a vu le jour.

1990 - Le 4 mars 1990, le premier match officiel du club se déroule. Les filles rencontrent l’équipe de Buix. Le score est de 15 à 8 pour Buix. Il faut attendre le 12 mai pour goûter au plaisir de la victoire. Ce jour-là, l’équipe, alors dénommée les Pink Panthers, s’impose sur le score de 8-5 à la Baroche.

Les filles ayant évoluées durant cette première année sont : Christelle et Nadia Schmassmann, Isabelle Thüler, Marie-Fleur Studer, Catherine Hof, Jane et Aurore Chételat, Aline Frésard, Nathalie Sauvain, Nathalie et Marlène Furno. Coach : Stéphane Kloetzli.

Les matchs se déroulaient sur une piste dont les bandes mesuraient à peine 10 centimètres de haut et qu’il fallait démonter après chaque rencontre et ranger dans une grange située à plusieurs dizaines de mètres de la place de jeu. 

LIRE LA SUITE

Le mot de la présidente
 
Voilà 2 saisons que notre nouveau comité est en place et travaille d’arrache-pied pour offrir le meilleur à nos membres.
 
2019 a été marquée comme chaque année par une bonne dizaine de sérances sans parler des centaines de discussions entre nous, hors séance, à la piste, en sortie… avec toujours pour nous six, le même objectif : le meilleur pour nos membres.
 
Un comité, ce sont des personnes volontaires, bienveillantes qui œuvrent pour la bonne marche de leur club. Des personnes qui sont à l’écoute des demandes, qui tiennent compte des avis et des opinions de chacun-e, qui essaient de répondre aux attentes de toutes et tous.
 
Mais un comité, ce sont aussi des gens qui doivent faire des choix, prendre des décisions et donc forcément générer des déceptions voire des mécontentements.
 
Fanny, Fred, François, Lido, Alain et moi, sommes votre comité. Nous sommes là pour vous et avec vous. Et ce qu’on attend de nos membres, c’est que vous soyez aussi là pour nous et avec nous. Ensemble, en collaborant, en communiquant, en partageant, en s’engageant, en se remettant en question, en étant tolérant, positif et optimiste… on sera capable du meilleur pour les Wolfies.
 
Kennedy a dit : « Ne demande pas ce que ton pays peut faire pour toi, demande ce que tu peux faire pour ton pays. »
 
Je vous laisse adapter aux Wolfies cette magnifique phrase comme bon vous semble…
 
Catherine